L’Atelier Scientifique

 

 

Retrouvez-nous sur


L’Atelier Scientifique du Lycée Parc de Vilgénis est ouvert à tous les élèves. Son objectif est de leur permettre de mener des travaux scientifiques en utilisant des outils théoriques, apportés par les différents cours de sciences ou directement au sein de l’atelier.

Il est composé d’une vingtaine d’élèves, de la Seconde à la Terminale, venant à raison de deux heures par semaine.

Il ne s’agit pas d’un cours avec une relation professeur-élèves mais d’un atelier, lieu d’échange d’idées, de questionnements et de recherches, aboutissant à un projet choisi et réalisé par les élèves. Et cela à travers : la présentation d’hypothèses, la réalisation d’expériences, la discussion des résultats, l’amélioration de leur travail ainsi que la réalisation de modélisations.

C’est l’occasion pour les participants de découvrir les sciences sous un nouvel angle et de développer une approche scientifique non scolaire (par la lecture d’articles scientifiques, les recherches, des demandes d’informations par mail à des scientifiques…). Pour cela, ils travaillent en petits groupes et échangent régulièrement : chaque groupe s’intéresse à un aspect particulier du sujet mêlant ainsi Mathématiques, Biologie, Physique, Sociologie, Langues, SI, Construction Mécanique et Informatique.

En outre, les Terminales ayant participé l’année précédente conseillent les plus jeunes en leur transmettant leur savoir, afin de ne pas tomber dans les écueils rencontrés les années précédentes et les aident à formuler clairement leurs idées. Il est fréquent que d’anciens élèves de l’atelier viennent voir l’évolution des travaux.

La communauté scientifique, très présente dans le secteur géographique du lycée, participe également aux travaux. Tous les ans, l’atelier a la chance de travailler avec Vincent Bansaye du centre de Mathématique Appliquée de Polytechnique. Il vient nous parler de modélisation et critiquer nos travaux.

Voici les thèmes abordés les années précédentes :

19 décembre 2016
Un deuxième prix pour nos scientifiques en herbe !!!!

Les membres de l’Atelier Scientifique du Parc de Vilgénis ont reçu au Musée des Arts et Métiers un deuxième prix à l’occasion du Trophée Shannon pour leur projet sur les données météorologiques et les énergies renouvelables.

Le prix a été remis par Monsieur Cédric Villani, célèbre mathématicien et Directeur de l’Institut Henri-Poincaré.

Afin de soutenir le projet de l’Atelier Scientifique,

devenez acteur en répondant à un questionnaire sur les énergies renouvelables en cliquant

ici

(questionnaire anonyme, 2 minutes de votre temps).

Merci pour eux

 

A l’occasion de la fête de la science en octobre 2016

14590311_686095454899964_5705007922121298003_n

Présentation à l’Université de Jusieu

14725691_686823461493830_5655793278608416269_n

Présentation à l’Institut Poincaré

 

 

 

 

 

 


2016-2017 : Météo et énergies renouvelables

Notre lycée vient d’adhérer au programme « météo à l’école ».
Une station météo, prêtée par « sciences à l’école », a été installée sur le toit du bâtiment B.

Les données sont accessibles ici.

Nous lançons un travail sur deux années : utiliser les données statistiques de la station météo prêtée par « Sciences à l’école ». Une station météo dans un Lycée pour rendre autonomes en énergie deux salles du lycée Parc de Vilgénis avec les élèves et les enseignants du lycée général et professionnel. Le projet déposé par l’Atelier Scientifique du Lycée Parc de Vilgénis a permis le prêt d’une station par « Sciences à l’école ».

Ce projet comporte trois axes :

  •     Récupération de données et analyses de données.
  •     Étude des énergies renouvelables et détermination des énergies renouvelables utilisables sur le site du lycée en fonction des données obtenues par la station.
  •     Réalisation de modèles simples afin de réaliser des « prévisions ».

Nos objectifs :

  •  L’autonomie à travers les initiatives que prennent nos élèves.
  •  La citoyenneté avec l’intérêt porté aux énergies renouvelables.
  •  La mixité avec tous les élèves d’horizons divers qui y participent

Des élèves de tous niveaux de l’enseignement général et professionnel composent cet atelier. C’est donc naturellement autour d’un décloisonnement entre les filières que s’est orienté ce projet. C’est ainsi qu’une vingtaine de professeurs,  et plus de deux cents élèves vont s’intéresser à ce projet. BTS et classe préparatoire sont aussi associés.

 


2015-2016 : Gulf Stream et Réchauffement climatique : Impact sur l’Europe.


Cette année des élèves de 1MIC, seconde, 1S, TS, TES, STSI participent à l’Atelier. L’approche de la COP 21 et le climat qui évolue rapidement ont amené l’atelier à s’intéresser au réchauffement climatique. Des documents indiquant que le Gulfstream pouvait s’arrêter les ont amenés à se poser la question : y-a-t-il un lien entre le réchauffement climatique et le Gulfstream ? Le 10 octobre 2015 les élèves ont présenté les travaux des années passées à l’Institut Henri Poincaré à l’occasion de la fête de la Science.

Nous avons réalisé des expériences préliminaires pour comprendre le phénomène, effectué des modélisations informatiques et construit une maquette pour reproduire le GS en laboratoire. Il a fallu émettre des hypothèses pour simplifier le problème et pouvoir le modéliser :

  • transformer la trajectoire courbe du GS en une droite
  • réaliser un maillage et découper le parcours en 82 pavés (réservoirs)
  • réaliser un premier programme inexploitable (le modèle où chaque pavé se déversait dans le suivant bloquait le programme car le débit n’est pas constant)
  • remplacer le débit par le déplacement d’une goutte d’eau
  • enfin réaliser une boucle qui ferme notre modèle du GS

Ces travaux nous ont ensuite permis de chercher les effets qu’aurait la disparition d’un tel courant sur le climat européen.

Le projet en image


2014-2015 : Contamination d’un champ de maïs par un autre.

Suite au débat sur la contamination des champs traditionnels par des espèces OGM plantées à proximité, les élèves ont étudié empiriquement ce phénomène. A partir de 2 variétés de Maïs plantées dans le parc du lycée, ils ont ainsi observé la façon avec laquelle le maïs jaune, se propageait parmi les plants de maïs blanc.,Ces recherches ont été menées en compagnie d’un chercheur de l’INRA et ont été présentées le 11 octobre 2014 à l’institut Henri Poincaré. Le compte-rendu de leurs travaux est disponible à cette adresse.

Avant                                                                                                                           Après

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

A l’occasion de la semaine des mathématiques, dix élèves ont participé au forum des mathématiques vivantes où ils ont rencontré Cédric Villani.

forum-des-mathematiques villani

L’année s’est terminée par la participation au concours CGENIAL où Alice, Clara et Justine ont remporté un premier prix. Elles sont allées à Milan au mois de septembre pour participer au concours EUCYS. De plus amples informations sont publiées sur le site de l’académie de Versailles.

voyage-a-milan

 

 


2013-2014 : Propagation de dengue en France métropolitaine.

La présence du moustique tigre en métropole a été détectée en 2004, rendant possible la propagation d’une épidémie de Dengue. En collaboration avec Louis LAMBRECHTS, chercheur à l’Institut Pasteur, les élèves ont modélisé cette possibilité. Le compte-rendu de leurs travaux est disponible à cette adresse.

Pour l’ensemble de leurs travaux, les élèves de l’atelier scientifique ont remporté le second prix du concours « Cgenial » et 3 d’entres eux sont partis 3 jours à Oslo.


2012-2013 : Faut-il tuer les requins à la réunion ?

Nous avons souhaité appliquer le modèle proie-prédateur de l’an passé à un phénomène d’actualité observé cet été.
En effet des surfeurs ont été attaqués par des requins à la Réunion.
Certaines personnes ont alors proposé de tuer tous les requins.
Comment évoluerait ainsi la chaîne trophique si l’on supprimait ce super-prédateur ?


2011-2012 : Peut-on modéliser les relations proies-prédateurs ?

Au moyen de suites, d’équations différentielles et du logiciel Excel, les élèves ont modélisé l’évolution des populations de lynx et de lièvres au Canada entre 1935 et 1945. Ils ont pu comparer leurs résultats avec les données réelles au moyen du graphique ci-contre (cliquez pour agrandir).

Les traits épais et fins correspondent respectivement aux données réelles et modélisées. Malgré une bonne correspondance entre la théorie et la pratique, les élèves ont décidé d’affiner un peu plus leur analyse en ajoutant l’étude de la population de loup à leur modèle.

courbePP2

Leurs travaux leur ont valu de remporter le premier prix au concours « Quintésciences » (un baptème de l’air).